– 20 kilos : le bilan.

Bon. Nous y sommes. C’est l’heure du bilan de ces neuf derniers mois. En effet, si vous me suivez sur Instagram, vous n’aurez pas pu passer à côté. Depuis le 9 janvier me voici lancée dans l’aventure de l’alimentation cétogène. Énième tentative pour moi de perdre du poids. Pour une fois je n’avais pas l’intention de perdre vite mais de perdre durablement.

L’article sur le début de mon parcours içi.

Cette année 2020 m’aura mise à l’épreuve. Professionnellement, socialement, personnellement… Loin d’être une année facile, 2020 aura été celle de toutes les déconvenues, du je contrôle rien et je suis pas fan de l’idée. Moi qui avais pris cette habitude de manger mes émotions, 2020 aura été l’année de la maîtrise de mon corps. Corps que je ne contrôlais plus depuis plusieurs années déjà. Paradoxe. L’année la plus incontrôlable que j’ai pu avoir de ma vie a été l’année la plus facile à gérer au niveau alimentaire. Moi pourtant habituée à manger mon bonheur, mon malheur et ma frustration. On la connait cette spirale. Celle dans laquelle tu ne te sens pas bien mais qui te (ré)conforte et te culpabilise la minute d’après. Celle dans laquelle tu t’enfonces parce que tfacon t’es comme ça. T’as déjà tout testé alors pourquoi continuer à changer ce corps qui, avec le recul, ne te déplaît pas toujours. Le déclic c’est chez les autres, toi ça ne fonctionne jamais. Toi tu reprends toujours ce que t’as perdu. Les pertes de poids qui durent… connais pas. Team yoyo, tu connais.

Je ne me suis jamais trouvée moche ni exceptionnelle. Malgré ce que Insta laisse croire, ce n’est pas parce qu’on publie des centaines photos de nous qu’on s’apprécie plus que vous. Derrière il y a une centaine de clishés afin de choisir celui où on se détestera le moins. J’ai toujours eu un physique passe partout et finalement ce qui me démarquait c’était peut être même mes rondeurs. J’ai toujours été celle qui a « un beau visage ». Un compliment derrière lequel se cachait « c’est dommage t’aurais pu être mieux si t’étais plus mince ».

Aujourd’hui quand on me demande mes objectifs, je réponds simplement : connaitre la minceur au moins une fois dans ma vie. Avant la grossesse, avant les années… Mince. Je ne l’ai jamais été. Je ne sais même pas à quoi je ressemblerais mince. Je fais une taille 42 depuis mes 18 ans. Et avec les années, j’ai appris à l’aimer mon 42. J’ai toujours porté ce que je voulais, peu importe les normes, les « Cordula rules », qui parce que tu fais plus d’un Bonnet C, te disent que tu dois porter que des décolletés carrés ou des collants épais parce que t’as un peu plus de cuisses que Jennifer Aniston. Pour être honnête, je ne me suis jamais trouvée grosse, sauf à Noël dernier. Je ne rentrais plus dans rien, je ne reconnaissais plus mon visage… J’étais bouffie et moins à l’aise dans mes pompes. Je sentais que le 42 se transformait en 44 et ça ne me ravissait pas. Je ne me pesais plus. Pour quoi faire ? Puis.. être mince… d’accord. Mais à quel moment je m’estimerai mince ? Est-ce que je me sentirai mieux mince ? Mon corps est il fait pour l’être ? Et si j’atteints cette fameuse minceur, serai je pour autant mieux dans mes sneakers ? Est-ce que je la savourerai ?

Aujourd’hui

Aujourd’hui j’ai trouvé plus qu’un « régime » passager, j’ai trouvé un confort alimentaire. Mon équilibre. J’ai, après des années de problèmes de poids, de troubles du comportement alimentaire, apaisé mon esprit. Aujourd’hui je suis sereine quand je mange. Je ne me demande plus si c’est trop ou pas assez. Je ne m’affame plus. Je mange à ma faim, je ne redoute plus les restaurants en amoureux, les barbecues entre amis ni les repas en famille. Je mange des aliments qui ont du gout. Oui je n’ai plus mangé de pâtes depuis janvier, mais qu’est-ce que je m’en fous ! J’ai connu le bonheur du pantalon en 40 que j’ai essayé parce qu’il n’y avait plus de 42 sans trop y croire et que j’ai réussi à fermer. J’ai commencé mes mardis Keto à échanger avec vous sur ma perte de poids. Je me suis trompée. J’ai essayé. J’ai appris au compte goutte toutes les particularités de cette alimentation qui me colle à la peau. Je ne suis pas adepte du Keto parfait, de l’intransigeance et du calcul de chaque gramme que je consomme. Si je m’épanouis autant c’est parce que j’ai appris à faire confiance à mes sensations, à ma faim et à mon corps. Ma plus grande fierté c’est d’avoir acquis cette sérénité d’esprit. Celle qui fait que je n’ai pas besoin de peser, de réfléchir ou même de culpabiliser. Oui je fais des écarts, plus que ce que j’aimerais. Ne vous méprenez pas, il m’arrive encore de manger en dehors du cadre cétogène les weekends. Pour moi, pour pouvoir perdurer, il est nécessaire de savourer les moments que la vie m’offre sans penser aux glucides que j’ingère. Il ne suffit pas de mincir seulement, mais de perdurer. Je sors de cétose et j’y reviens quelques jours après. Ça me prendra plus de temps d’atteindre mes objectifs mais je sais que cette alimentation n’est pas juste qu’une simple étape dans ma vie, c’est un mode de vie. Ça le sera toujours. Moins strict certainement mais les glucides ne feront plus jamais partie de ma vie comme avant. Quand je pense aux quantités que je consommais avant et celles d’aujourd’hui je comprends mieux ma prise de poids. Quand j’ai commencé la diète cétogène, comme vous, j’ai cru ça impossible ! Manger sans féculents ? Never ! J’étais certaine d’avoir tout le temps faim. Et puis vous voyez vos premiers kilos s’envoler, vous comprenez que malgré l’absence de féculents dans vos plats, vous êtes rassasié. Vous vous apercevez que vous avez plus d’énergie et que vous y arrivez plutôt bien. Vous re-découvrez des légumes et vous comprenez que toutes vos meilleures recettes sont adaptables avec votre nouvelle éducation alimentaire.

Pour la première fois de ma vie, je n’ai plus de TCA. Je ne suis plus sujette aux crises d’hyperphagie boulimique (trouble alimentaire caractérisé par une surconsommation d’aliments sous forme de crise sans compensation par les vomissements ou autre). Lors d’une mauvaise journée, il pouvait m’arriver de manger à m’en donner mal au ventre et au cours de ces neuf derniers mois, ce n’est arrivé qu’une seule fois. Je ne cherche plus à combler mon ventre à tout prix, à compenser par la nourriture, à me remplir absolument. Je recherche le plaisir et malgré mes quelques cheat meals, je reviens toujours au plaisir de manger mes 20 grammes de glucides journaliers. Pour rien au monde je ne reviendrai en arrière.

Si je peux vous donner un conseil, peu importe l’alimentation que vous adoptez, c’est de garder votre projet de perte de poids pour vous au début de votre démarche. Humainement, les gens à tendance à donner un avis sur ce qu’ils ne comprennent pas. Vos proches, même si ils vous aiment, avec de simples avis contraires, peuvent vous décourager. On a tous eu ce « moi je serais toi je ferais ça » « ma tante a fait ça, elle a tout repris » « mais t’as pas besoin de perdre t’es bien comme t’es » . Votre corps ne regarde que vous. D’ici quelques semaines, quelques mois, votre physique parlera pour vous et on vous demandera votre recette miracle.

Et après…..

Psychologiquement il y a encore du chemin. Je suis bloquée et j’ai parfois besoin de me regarder dans le miroir pour réaliser que oui j’ai effectivement perdu du poids. D’où l’importance des photos, des mensurations. Visualiser votre perte autrement qu’avec votre balance c’est primordial. Je suis encore gênée quand on me complimente sur ma perte. L’esprit n’a pas encore pleinement suivi. Parfois je me sens aussi gonflée qu’avant. Parfois même je ne me reconnais pas sur les vidéos et photos qu’on prend de moi. Je sais qu’il me reste un long travail à ce niveau là.

Oui j’ai peur. J’ai peur de reprendre le poids que j’ai perdu. J’ai peur qu’une fois la motivation de perdre du poids soit partie, je reparte dans mes travers. J’ai peur de perdre ce putain de contrôle, de ne pas réussir à me stabiliser. J’ai peur de ne pas savoir gérer l’après cétogène strict. Et même si je me sens capable de tout aujourd’hui, je ne sais pas si j’en serais capable toute ma vie.

On me demande souvent si m’a peau a craquée. Et bien non. Je n’ai pas de vergetures. Pour le moment mon corps suit. Ma peau n’est pas relâchée. Cependant je sais qu’il va falloir que je me remette au sport pour raffermir le tout. Même si le sport n’est pas indispensable pour maigrir, il l’est pour se dessiner une silhouette. Donc clairement, va falloir que je m’y colle !

Je vise encore 10 kilos de perte. Suite à ça je verrai comment je me sens. La route n’est pas toute tracée. Peut être que je m’arrêterai avant. Il n’y a pas de solution miracle. La persévérance, c’est ça la clé. Je perds jamais mon objectif de vue. On a encore plusieurs semaines de Mardis Keto devant nous ! Prochain objetcif : -25 kilos à Noël. Qui me suit ?

6 commentaires sur « – 20 kilos : le bilan. »

  1. Wouahhh j’ai l’impression que c’est moi qui est écrit certains passages 🙈 5ème jours pour moi, je suis surtout fière d’avoir tenu sans sucre moi ✌ car c’est ma bête noire! Mais je me sens bien ça y est le 3eme jour et hier 🙈 Mais aujourd’hui je me sens vraiment bien…hâte de voir la suite et ma 1ere pesée vendredi 🤞💖 Bon courage pour les 10 prochains kilos 💕💕💕

    J'aime

  2. Bel article Anne.
    Depuis tes débuts cétogènes et ton parcours, je me renseigne sur le régime Cétogène. Tu m’inspires beaucoup.
    Pour le moment, le manque de glucides me manquerait trop (j’aime beaucoup trop les pâtes, les desserts, etc), peut être un jour je me lancerai… bonne continuation à toi et Nico (bien sûr) ☺️

    Aimé par 1 personne

  3. Hello Anne ! Bon, et bien en voilà un bien bel article. Je te suis tous les jours en stories Instagram. J’ai commencé le cétogène grâce à toi, je me suis toujours beaucoup identifier à toi. J’ai aussi un peu laissé tomber cet été puisque mon job et le rythme intenable qui allait avec m’y obligeait. Actuellement à -17,5kg, je te propose un deal, toutes les deux, nous dirons à Noêl : « J’ai perdu 25 kilos depuis le début ». Merci Anne, merci d’être avec nous, de nous partager tout ca. Merci pour ton authenticité, ta disponibilité. Merci de m’avoir fait découvrir le cétogène, puisque ces kilos perdus pour moi c’est aussi un peu grâce à toi ! Je t’embrasse de tout mon cœur et te remercie pour ton article plus que touchant, émouvant.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s